La revue de presse

 RECHERCHER 
 Précédent
Suivant 

Revue de la presse nationale du 20 au 26 juin 2011

2011/6/27

Cette semaine, la plupart des médiums de la place se sont intéressés entre autres, au bras de fer persistant entre le pouvoir et l'opposition au sujet des législatives, à la polémique autour de la subvention agricole, à l'embrouille au sein de la Commission électorale nationale indépendante et à la réaction du Président de la République par rapport au manque de sang constaté dans nos hôpitaux.

Pour l'hebdomadaire La Lance dans son numéro 749, au sujet des législatives, << Le bras de fer est inévitable>>.

Tel est d'ailleurs la grande Une de ce confrère qui soutient que << Si les textes avaient été respectés, les Guinéens seraient allés aux urnes à la fin de ce mois de juin, au plus tard. Les législatives avaient été programmées six mois après la présidentielle. Mais, le Pr. Alpha Condé a bouclé ses six premiers mois de gouvernement sans que l'Assemblée nationale ait été mise sur pied. Selon toute vraisemblance, il ne sera pas aisé d'aller aux urnes dans cette atmosphère de suspicion, de tâtonnement et, disons-le, de divergence, de division, de diversion, d'incompétence. Cette peut être cette incompétence là qui nous a valu toute cette situation déplorable>>.

Le journal rappelle que << Par le passé, les divers ministères qui ont géré les élections en Guinée se sont tous, alors tous, déculottés en organisant des élections pour le profit exclusif du pouvoir en place. (...) La CENI, pour cette raison et bien d'autres, aura servi en réalité le pouvoir en place presque de la même manière que les ministères de l'intérieur décriés. Il n'était guère facile pour la CENI de sortir du pouvoir de feu Général Lansana Conté pour retomber dans la coupe du capitaine Dadis>>.

La Lance d'ajouter qu'en réalité, << nous avons eu trois CENI sur les bras. La première avait tout mis en œuvre pour que les Guinéens n'aillent pas aux urnes. La deuxième avait pris toutes les dispositions pour garantir le pouvoir à un capitaine qui n'avait pas encore déclaré sa candidature. Mais personne n'était dupe. La troisième CENI, celle du Général Konaté, était plus qu'hybride. Les partis politiques semblaient satisfaits de leurs représentants au sein de l'institution alors que la direction tournait comme une girouette au gré des appétits et de la ruse des politiciens. La tête de la CENI n'était rien d'autre qu'une tablette de cire sur laquelle on pouvait tout écrire>>.

Il a fallu selon le médium << à la fois casser la loi et la fierté guinéennes pour faire remplacer le défunt président Sékou Sylla par un général malien. Un guinéen de moindre grade serait certainement arrivé à un résultat meilleur. Depuis, nous sommes dans l'impasse. (...) Le ministère de l'administration du territoire et de la décentralisation essaie de venir à la rescousse. Par un recensement général de la population et non une simple révision des listes électorales. Le tollé n'a pas tardé. Le monde politique se divise et se fissure davantage>>.

A ce jour conclut l'hebdomadaire du mercredi, << Il reste les compromis ou les comprissions. Le premier compromis a été trouvé entre le MATD et une partie de la CENI. Négociera-t-on pour un consensus afin d'aller de l'avant? De la réponse, dépendra la qualité du futur scrutin. Encore que le problème de recensement n'est pas tout à fait réglé. Rien ne semble arrêter le gouvernement dans sa détermination à faire le recensement général et changer le fichier par lequel le Président de la République a été élu. Mais, les partis politiques '' de l'opposition'' ne l'entendent pas de cette oreille. Les deux parties chercheront-elles à résoudre leur différend par la voie du dialogue? De la réponse dépendra la paix sociale dans les mois à venir>>.

Pour sa part, l'hebdomadaire l'indépendant dans sa toute dernière parution colle à sa Une: Subvention au secteur agricole, la porte ouverte à la gabegie.
Selon le canard, << Le conseil national des organisations de la société civile guinéenne (CNOSC) a sauté sur l'occasion du point de presse de l'Association guinéenne pour la transparence, une ONG calquée sur le modèle de Transparancy international, pour accuser le ministre de l'agriculture, Jean Marc Télliano, de vouloir détourner une grande part des subventions de l'Etat destinées au monde paysan à son profit, en se faisant passer pour le président d'un groupement paysan installé à Guéckédou, en Guinée forestière>>.

Le journal de continuer: << Ces fonds estimés à 200 milliards de francs guinéens sont alloués au secteur de l'agriculture dans le cadre de la relance des activités des paysans, qui emploie plus de 70 pour cent des populations en activité. D'après la société civile, le ministre de l'agriculture est entrain de mener une propagande par le biais des médias d'Etat, en faisant avaler à l'opinion qu'il a mis en valeur 150 hectares de terre dans la région forestière.

(...) La société civile en tant que structure de veille compte se retrousser les manches afin que les subventions n'atterrissent pas dans des poches de personnes fictives qui se font passer pour des paysans, juste pour capter les fonds alloués aux agriculteurs dans le cadre de la campagne agricole 2011-2012. Déjà l'achat des engrais et des herbicides a été émaillé d'irrégularités, avec la livraison aux bénéficiaires de produits périmés sur fond de surfacturation. Une opération qui fait perdre des montants faramineux à l'Etat guinéen. Ceci par la faute de Jean Marc Télliano et l'un des neveux du Président guinéen, ayant ses locaux au quartier Manquepas. Qui dit-on, serait impliqué dans toutes les transactions commerciales liant l'Etat Guinéen au monde privé, depuis l'avènement de la nouvelle République>>.

Quant à Télliano, continue notre confrère, << le contraire dans son comportement ne pourrait que surprendre, car cet homme connu du monde des affaires, n'a jamais eu une bonne réputation. Dire donc que son ascension au sein du gouvernement allait changer les choses n'est qu'un leurre. C'est du moins ce que disent ses détracteurs, qui Dieu seul sait sont nombreux. (...) Télliano ne serait pas seul dans ce registre. Le Général Mathurin Bangoura aussi aura un jour à éclairer l'opinion sur tous les bruits qui courent autour des travaux qu'il a exécutés sur le compte du département de l'habitat, comme la cité des télécommunications à Sans fil. Des chantiers exécutés à coups de milliards de francs guinéens, mais dont les résultats laissent à désirer en termes de garantie>>.

Par ailleurs, L'indépendant s'est penché sur ce qu'il a appelé '' Embrouille à la CENI''. Cela, avec la suspension de son chef de département information, sensibilisation et communication, Thierno Saidou Bayo.

A ce sujet, comme le rapporte le canard: << Le président par intérim de la CENI Lounceny Camara confronté à une fronde au sein de son institution depuis la signature d'un accord en vue d'une collaboration technique avec le ministère de l'administration du territoire te de la décentralisation (MATD), vient de suspendre Thierno Saidou Bayo, chef du département information, sensibilisation et communication. Preuve que Lounceny Camara ne veut pas céder face à cette fronde, il vient d'interdire également aux membres de la CENI sous réserve de leur infliger des sanctions, toute intervention sur les antennes des radios. '' Faute lourde'', '' désobéissance à l'autorité'', '' mauvaise manière de servir'', ce sont là entre autres, les termes employés par le président par intérim de la CENI pour justifier les motifs de la suspension de Saidou Bayo>>.

Cette guéguerre soutient L'indépendant << rappelle le climat délétère qui a prévalu au sein de la structure dans la période de l'entre deux tours. C'est cette fois la signature d'un protocole d'entente entre le ministère de l'administration du territoire et la CENI qui continue de diviser les commissaires. Cette signature intervenue le 16 juin dernier a aussitôt été désapprouvée par 9 des 23 membres de l'institution dont Thierno Saidou Bayo. La CENI dont le sort est actuellement en veilleuse au Conseil national de transition, a besoin d'une séance d'exorcisme, afin de chasser les démons de la division>>.

Enfin, avec le manque criard de sang constaté dans nos hôpitaux ces derniers temps, Le Président de la République aussi à eu son mot à dire, comme le soulignent les colonnes du quotidien privé La République dans son numéro 174 du 22 juin.

Pour d'abord revenu au geste de la Soguicamp, la République précise que << Deux mille cent dix poches de sang, d'une valeur estimée à 60 millions de francs, c'est l'assistance faite par la société Soguicamp, une société grossiste de répartition des produits pharmaceutiques, au centre national de transfusion sanguine (CNTS) de Donka. Un geste qui vient à point nommé au regard de la crise de sang qui frappe les établissements sanitaires de la Guinée depuis des semaines. Cette cérémonie de remise s'est tenue en présence du Président de la République, le Pr. Alpha Condé>>.

A en croire La République, << Le Président de la République, le Pr. Alpha Condé qui a présidé cette remise de don, s'est dit choqué par le comportement des responsables du Centre national de transfusion sanguine, et promet de sanctionner tous les chefs de service>>.

"Je suis vraiment choqué de cette situation. Il est inadmissible que le service qui est chargé de faire la transfusion sanguine soit en manque de poche de sang. Lorsqu'on m'a dit qu'il manquait des poches de sang, j'ai dis de m'envoyer la note pour que je puisse faire une commande. Mais, au lieu de m'envoyer cette note pour les pioches, on m'envoie une note pour 40 médicaments.

(...) Je ne sais comment le gouvernement peut être incapable de payer même deux millions de poche de sang. Une poche de sang ne vaut même pas 60 mille francs guinéens. C'est vraiment une irresponsabilité de ce service. Parce qu'il y a des gens qui sont morts par faute de sang. Le ministère de la santé a fait les états généraux de la santé. Mais, il ne sert à rien de faire les états généraux s'il n'y a pas d'application sur le terrain. Donc, le constat est très mauvais. Je constate que les services ne font pas leur travail. Et la santé est une des priorités pour mon gouvernement. On ne peut pas attendre qu'on soit en manque de sang pour demander", a affirmé le Président de la République, d'après le quotidien privé de Guinée.

A la semaine prochaine !

Sy Adrien, le factuel de Guinée

 
Audio

Le Nouveau Code Minier Guinéen est disponible sur votre site!

Archives
Vidéos
JT RTG du 1er juillet 2014
Interviews

Politique

Interview du Directeur Général du FER : Fodé Kaba Diaby «Depuis plus de 20 ans, il n’y a pas eu d’investissements sérieux dans le secteur des routes.»

Actualité

Entretien avec Bailo Telivel Diallo, ministre de l’enseignement supérieur : « Nous devons nous engager pour la nation, pour des valeurs, et dépasser toutes les considérations restreintes. Plus les valeurs sont universelles, plus l’engagement doit être fort.»
La revue de presse

JT RTG du 1er juillet 2014Communiqué : Cession d’un domaine bâti pour école de 3000 m2 à Sonfonia ville

JT RTG du 1er juillet 2014Le Nouveau Code Minier Guinéen comme vous l’aimez !

JT RTG du 1er juillet 2014Revue de la presse nationale du 20 au 26 juin 2011

Partenaires
83KINDY

Conakryinfos

GONAKRYNEWS

Guineedirect

Guinéeweb

Kaloum Presse

Me Mamadou Alioune Dramé

Mouna Internet

Rosaweb Guinée, le spécialiste Web de la Guinée.

Tamtamguinee

WIKI24

www.lematinguinee.com

Actuguinee

AMICALE GUINEE MAROC

Aminata.com

Guinée Inter

GUINEEMINING

Guineenews

GUINEETIME

La rédactrice libre

Le vérificateur

MoucBee Architecture & Ingenierie

www.guinee224.com

www.guinee24.com

NOUS CONTACTER  ::  Audio  ::  OPINION LIBRE  ::  

Privé: Publier 1 article Actualité - Publier 1 video - Publier un fichier audio



© Rosawebpro