Orientation dans les universités : la controverse de certains bacheliers !

ACTUALITE 0

La décision du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a décidé que seuls les bacheliers ayant obtenu les mentions Très bien et Bien seraient orientés dans les filières techniques du pays. Une décision qui ne fait pas l’unanimité parmi les concernés par ces opérations d’orientation.

Suite à un communiqué du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, publié le 13 août dernier, des opérations d’orientation des bacheliers ont débuté ce vendredi 17 août sur toute l’étendue du territoire national. Ces opérations concernent les bacheliers de la session 2018, ainsi que ceux non orientés des sessions 2016 et 2017.

L’orientation qui se fait sur le site GUIPOL, prendra fin le lundi 27 août à minuit, et permettra de ventiler les bacheliers dans les différents établissements d’enseignement technique et professionnel. Cette année, indique ledit communiqué, seuls ceux qui ont eu la mention Très Bien et Bien seront orientés dans les filières techniques.

Toutefois, certains bacheliers trouvent anormale cette décision.

Mariam Sylla a décroché son bac cette année. Elle a vraiment peur d’être orientée dans un établissement situé à l’intérieur du pays. Parce que, dit-elle, ses parents ne pourront pas l’assister financièrement. « Je ne veux pas qu’on m’oriente dans les préfectures. Je veux juste rester à Conakry ici. Mes parents n’ont pas assez de moyens. Mon papa ne supportera pas deux dépenses à la fois. Donc moi, je voudrais qu’on me laisse ici. Je voudrais faire génie informatique. Maintenant, je n’y pense pas, parce que je n’avais pas eu une bonne mention », s’angoisse-t-elle.

Cet autre bachelier préfère être orienté dans les filières techniques. Tout en regrettant la décision de l’Etat, Mamadou Moudjitaba Sow rappelle que la Guinée a besoin de techniciens pour se développer. « Nous voulons vraiment être dans les filières techniques. Même le président de la République vient de dire qu’il a besoin de techniciens. Nous voulons travailler pour ce pays. On n’a vraiment pas salué cette initiative de l’État. Nous sommes désolés. Si ça ne marche pas au niveau des établissements publics, nous serons obligés de faire des formations payantes dans les universités privées », a-t-il prévenu.

Professeur de philosophie, Almamy Sény Conté, lui, par contre, estime que l’option prise par l’Etat est avantageuse. « C’est une bonne idée si les choses se passent dans les bonnes conditions. Les étudiants qui seront dans les branches techniques doivent y aller par mérite. Et pour le mériter, il faut avoir une bonne mention. Celui qui a une bonne mention, une fois orienté dans les filières techniques, ça va beaucoup arranger. Non seulement c’est bon pour l’avenir du pays, mais aussi, c’est très bon aussi pour l’étudiant en question », a-t-il salué.

D’ailleurs, certains enseignants chercheurs suggèrent l’organisation d’un concours pour recevoir les étudiants dans les filières d’ingénierie.


Adama Bah pour factuguinee.com

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top