L’installation des bureaux des communes : un autre obstacle se présenterait !

ACTUALITE 0

Mamadi 3 KABA, Juriste et chargé de cours de Droit. Président de l’Observatoire Citoyen de Défense des Droits de la République

Après la signature de l’accord politique du 8 août dernier, un autre obstacle attend la classe politique lors de l’installation des maires. C’est le respect de l’article 134 du code des collectivités locales. Cet article stipule que tout conseiller qui ne sait lire et écrire le français ne peut être maire.

Interrogé sur cette implication juridique, certains juristes redoutent une nouvelle crise, c’est le cas de Mamady 3 kaba. Toute fois, il appelle à la vigilance. « A mon avis ça ne doit pas poser de problème du moment où c’est la loi qui l’impose. Ç a voudrait donc dire au moment du dépôt de candidatures, c’est en ce moment-là qu’il faut veiller à la vérification de cette connaissance. Mais en tout état de cause, pour respecter cette disposition du code des collectivités locales, il faut faire attention pendant le dépôt de candidature des maires », redoute le juriste, Mamady 3 Kaba.

Cette disposition risque encore de créer une nouvelle ligne de front au sein de la classe politique, puisque certains élus issus des partis politiques qui ne savent ni lire, ni écrire le français, par des manœuvres ou des petits arrangements, voudront se faire élire au perchoir des mairies. Ce qui pourrait être, aux yeux du juriste, Mamady 3 Kaba, une entorse à l’article 134 du code des collectivités locales.

Pour rappel, c’est au cours de la première session que l’exécutif communal est mis sur place. Cet exécutif communal est composé du maire et de ses adjoints.



Adama Bah pour factuguinee.com

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top