A Kindia, le conseiller communal de l’Ufdg Abdoulaye Bah craint pour sa vie, il demande protection

ACTUALITE 0

Lors des violences qui émaillé l’élection de Mamadouba Bangoura à la mairie de Kindia, ce mardi 16 octobre, le domicile de l’ex chef de la délégation spéciale de la ville a fait l’objet d’attaque. Selon ses dires, des hommes en uniformes encagoulés ont fait irruption chez lui dans la soirée de mardi et ont tiré à balle réelle.

Abdoulaye Bah affirme que ces assaillants ont proféré des menaces de mort contre lui, avant de casser quelques objets dans son domicile.

« Hier, c’était le sommet de la violation de toutes les libertés que ce pays indépendant depuis 60 ans a voulu nous montrer. A 19 heures, j’ai entendu une voix en soussou qui disait c’est ici.
Soudainement, ils ont tiré un gaz lacrymogène dans la cour et toute la famille s’est retrouvée au salon. Après, ils ont fait un deuxième tir dans le jardin pour nous cerner devant et derrière. C’est ainsi qu’une unité spéciale cagoulée a franchi le portail, s’est dirigée dans la cour, a brisé sur son passage tout ce que vous trouvez ici. Ils se sont mis à ma recherche en disant en poular et en soussou: «Nous allons te tuer». Au salon, mon papa leur a dit, arrêtez de violer la liberté des citoyens dans leur domicile privé. Après, ils ont continué vers le jardin en tirant à bout portant. J’ai fui dans mon appartement, à peine j’arrive, je ferme la porte et c’est suite à l’effort conjugué par mes gardes qu’ils ont pris la fuite et les balles ont été récupérées dans la nuit afin de les exposer à la face du monde entier car, je ne fais pas la politique pour tuer ni pour être tué mais de servir et d’être servi. Ma vie est en danger et je demande protection’’, s’inquiète-t-il.

Le candidat malheureux à la mairie de Kindia, se dit malheureux et condamne les violences survenues dans la ville des agrumes ce mardi.

« Je suis très malheureux. J’ai dit est-ce que les Guinéens à travers nos pères de l’indépendance avaient exigé le départ des blancs pour qu’on s’entre-tue, se haïsse ? Non! Il y a eu des casses, des blessés et des arrestations. Les Guinéens ont pris des fusils contre les Guinéens et pourtant on a demandé l’indépendance pour que nous soyons fraternels. Je déplore et je condamne et je n’ai pas souhaité ce qui s’est passé dans ces derniers jours à Kindia. Tout mon combat, mon arme, c’est le verbe intellectuel car, le fusil c’est l’arme des faibles et ce qui s’est passé à Kindia est loin d’une question de peulh et de soussou puisque les domiciles de certains de mon entourage ont été pillés et parmi eux, il y a des soussous, des malinkés. Donc l’affaire n’est pas au niveau ethnique seulement, ils veulent écraser Abdoulaye Bah », regrette Abdoulaye Bah.

En attendant, la situation reste toujours tendue à Kindia, malgré les appels au calme.


SOW Ousmane2 pour Factuguinee.com

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top