Enquêtes : Trafiquants libérés, diamants et chanvre indien disparus : que se passe-t-il à la Direction Centrale de la Police Judiciaire ?

ACTUALITE 0

Depuis quelques temps, la police judiciaire, cheville ouvrière de la justice guinéenne, souffrirait d’affairisme à outrance à cause de la mauvaise gestion des dossiers par le premier responsable de la boite.
La Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) est dirigée par d’anciens cadres de ce service. Le patron actuel est le commissaire divisionnaire de police Abdoul Malick Koné et secondé par le commissaire divisionnaire de police Mamady Kourouma alias Morgane.
Le dysfonctionnement chronique de ce service stratégique de l’Etat aurait été constaté récemment à la faveur de la nomination d’Alpha Ibrahima Kéira à la tête du département de la police et de la protection civile avec les réformes engagées par ce dernier pour rendre la police efficace. Pour cela, il fallait procéder à des nominations en fonction de l’efficacité des cadres. C’est ainsi qu’un projet avait été présenté au président Alpha Condé à la tête des documents il y avait la liste pour la DCPJ. Le président aurait vérifié certains noms avant de demander d’ajouter celui de Morgane, c’est le nom connu du président de la république de Mamady Kourouma. C’est ainsi que ce nom aurait été ajouté comme adjoint au DG.
Selon les sources, dès après la passation de service, quelqu’un aurait attiré l’attention du président que Monsieur Morgane était sous le coup d’une sanction. Celui –ci aurait appelé le ministre Kéira pour le réprimander. C’est ainsi que Keira aurait rappelé au président que c’est lui-même qui lui avait dit d’ajouter son nom mieux encore que ce dernier a été simplement enlevé de son poste sans de réels motifs qu’il ne souffrirait pas de sanction ni administrative ni disciplinaire. Sur le champ, le président Alpha aurait appelé le Sieur Koné pour avoir plus d’explications sur ce sujet. Celui –ci pour les seules explications aurait dit simplement qu’il aurait entendu dans les couloirs. Le président lui aurait demandé s’il a des preuves de sa suspension, il aurait répondu NON.
Selon les documents à notre disposition, plusieurs problèmes seraient étouffés par le Directeur Central de la PJ, parce qu’il contournerait toutes les procédures administratives et judiciaires, entre autres, saisies de 300 kg de chanvre indien, six (6) trafiquants arrêtés et ensuite libérés, un pakistanais arrêté par les bérets rouges en train de filmer le palais Sékhouréyah et qui a été libéré sans rapport. Deux personnes arrêtées pour vol d’une Toyota Hilux, le plus nanti a été libéré. Une affaire de diamant de 1730 carats disparus. Pour toutes ces affaires, les autorités ministérielles ne seraient informées.
S’agissant du dossier PV°281/DCPJ/DIC/18 de la détention, de la vente et de la consommation de chanvre indien, les cinq trafiquants arrêtés, entendus, rapportés, inculpés dont l’affaire a été clôturée à effet de transmission au procureur de la république pour la poursuite judiciaire devant les tribunaux qui sont Aissatou Bella Bah, née en 1988 à Conakry, mariée et mère de 4 enfants de feu Mamadou Pathé et de feue Oumou Salimata Diallo domiciliée à Gbessia port 2, dans la commune de Matoto, Abdoulaye Soumah, Ousmane Samara, Séri Camara et Seydouba Kaba. Ces derniers sont des consommateurs car, selon le rapport de la police d’investigation, c’est au domicile de Dame Aissatou Bella Bah que les 300 kg avaient été retrouvés.
Les sources proches de la police judiciaire persistent et signent que la Dame et les quatre hommes seraient tous libérés alors que la lettre du commissaire divisionnaire Abdel Nasser Condé indique ce qui suit « : Poursuivant l’enquête de flagrance, vu les dispositions de l’article 63 du code de procédure pénale. Assisté d’une commission d’enquête de notre service. Avant clos la présente procédure comprenant Huit (08) procès-verbaux et un scellé N°…./DCPJ/DIC/2018 comportant une quantité importante de substance psychotrope (chanvre indien). Pour être transmise à Monsieur le Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Mafonco. Devant qui nous faisons conduire les nommés : Aissatou Bella Bah, Abdoulaye Soumah, Ousmane Samara, Séri Camara et Seydouba Kaba. Vu pour transmission. Le Chef de la Division des Investigations Criminelles à Monsieur le Directeur Central Adjoint de la Police Judiciaire.»
Il s’emble que les colis transmis au Directeur Central Adjoint Mamady Kourouma alias Morgane avait été transmis au Directeur Central de la Police Judiciaire, Commissaire Divisionnaire Abdoul Malick Koné.
Les sources indiquent que les prévenus auraient été libérés par le patron de la maison et les 300 kg de chanvre indien sous scellés disparus dans la nature.

Nous reviendrons pour les diamants de 1730 carats, les voleurs de la Toyota Hilux, Dossier Mamadou Tos Camara contre Ousmane Gaoual, Société Sonit Pêche-sarl et affaire faux visa Abu Kamara contre Benge.

Dr Taliby Dos Camara pour factuguinee.com

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top