Refus d’agrément au parti MoDel : Aliou Bah passé à la même casserole que Faya MILLIMONO

ACTUALITE 0

Le parti Mouvement Démocratique Libéral (MODEL), a, ce mardi 8 janvier, animé une conférence de presse, à son siège à Kobayah, dans la commune de Ratoma. Objectif, dénoncer le ‘’refus » de sa demande d’agrément, en date du 23 août 2018, par le ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation.
Au cours de cette conférence de presse, tenue ce mardi 8 janvier à son siège national, à Kobaya, commune de Ratoma, l’avocat du parti, a pointé ‘’un manque de volonté affiché’’ par le ministre de l’administration du territoire.
Le Général Bouréma Condé est accusé de ‘’refuser” de donner l’agrément du parti « MODEL » : « L’administration n’a ni délivré l’agrément au parti, ni déclaré ouvertement qu’elle refuse. Mais en droit, lorsque vous faites une réclamation à l’administration et qu’elle reste muette plus de 4 mois, cela s’interprète par un rejet. C’est pour cette raison que le parti MODEL, en date du 02 janvier 2019, a introduit au greffe de la Cour suprême, un recours en annulation contre le refus implicite du ministre de l’administration du territoire, d’accorder l’agrément au MODEL, suivant sa demande introduite de façon régulière », a fulminé Me Antoine Pépé Lamah.
De son côté, le président de l’organe provisoire de coordination du MODEL, a révélé que cette situation ne doit pas concerner ni mobiliser que sa seule formation politique.
« Elle interpelle toute la République et tous ceux qui voudraient contribuer à bâtir un État de droit. En ce sens que l’attitude de l’autorité que nous avons respectée, en respectant toutes les étapes de la procédure, en nous conformant à toutes les dispositions légales, s’interprète comme étant un mépris et un manque de respect pour nos libertés et nos droits », a fustigé le président du parti Aliou Bah.
Par la même occasion, l’ex-chargé de communication du parti Bloc Libéral (BL) se dit néanmoins optimiste pour l’obtention de son agrément. Se reposant notamment sur le respect par son parti de toute la procédure légale en la matière.
A rappeler que Dr Faya Millimono avait dû passer par le même chemin, un recours à la Cour Suprême, avec à la clé un sit-in devant l’institution, pour obtenir, finalement, l’agrément de son parti (Bloc Libéral) que lui refusait le ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation. Le fouet qui a frappé son ex-patron est donc en train de flageller le jeune Aliou Bah.

SOW Telico pour Factuguinee.com

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top