Mise en place du nouveau bureau de la CENI: l'opposition divisée !

ACTUALITE 0

C’est un nouveau bras de fer qui pointe à l’horizon au sein de l’opposition guinéenne. Les grandes formations politiques issues de l’opposition ne sont toujours pas tombées d’accord sur les modalités de désignation de leurs représentants au sein de la Commission Electorale Nationale Indépendante (Ceni), en phase d’être mise en place, après la promulgation récente de la nouvelle loi sur l’organe en charge de gérer les scrutins électoraux dans le pays, par le chef de l’Etat, Alpha Condé. A date, l’UFDG dirigée par Cellou Dalein Diallo, l’UFR de Sidya Touré (ancien Haut Représentant du Chef de l’Etat ndlr), et le PEDN de Lansana Kouyaté s’opposent sur la démarche à adopter. D’ailleurs, ces différentes forces politiques vont en rang dispersé.

Pour être clair, la nouvelle loi sur la CENI est composée de 17 membres issus des partis politiques, de la société civile et du MATD. Les partis politiques doivent se partager les quatorze (14) places, dont 7 de la mouvance et 7 et de l’opposition. Quant aux trois autres places, elles seront occupées par les représentants du ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, ainsi que la Société Civile.
Mais en attendant que cette composition ne soit effective, alors que la majorité présidentielle a déjà déposée sa liste au niveau du MATD, l’opposition se fissure sur le partage des commissaires. En réalité, pour figurer sur cette liste, des critères sont posés dans le nouveau code électoral, qui a également fait objet de promulgation. Il faut : Avoir au moins deux députés à l’Assemblée Nationale, et avoir pris part aux dernières élections présidentielles. C’est à ce niveau donc, que tout risque de capoter à se fier seulement qu’aux différentes réactions des opposants.

L’UFR de Sidya Touré a déposé en première, sa liste de deux (2) représentants au MATD. Et de l’autre côté, les Partis de Cellou Dalein (UFDG) et Lansana Kouyaté (PEDN) ont également soumis une liste commune mercredi de six (6) futurs commissaires de l’institution électorale dont cinq (5) de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée et un (1) du Parti de l’Espoir et du Développement National. A ce stade, on constate un grand blocus qui fissure d’avantage l’opposition. Puisque la totalité fait huit, ce qui prolonge à 18 membres de la CENI, alors que la loi n’accorde que 17.

Qui doit trancher ? Le Gouvernement, mais en respectant les textes de loi, conformément au poids de chaque parti après les critères d’admissions des dernières échéances électorales.

A suivre…!

SOW Telico pour Factuguinee.com

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top