Élections locales : « Les femmes ne sont pas en position d’éligibilité,... » dixit l’honorable Mme Traoré Dr. Djalikatou Diallo

ACTUALITE 0

Comme prévu, la CENI a finalement bouclé le dépôt des listes de candidatures le 26 décembre dernier. Selon l’honorable Mme Traore Dr Zalikatou Diallo, aucune liste ne respecte le quota réservé aux femmes ; c’est une discrimination au détriment des femmes. « Il faut qu’on respecte les dispositions de l’article 8 de notre constitution qui consacre l’égalité des sexes. Mais malheureusement, au niveau des listes de candidatures dans les partis politiques, ce n’est pas respectés. Le quota de 30% n’est plus en vigueur, c’est plutôt celui de 50%. En suite, le peu de femmes qui sont sur les listes de candidatures sont très mal positionnées. Les femmes ne sont pas en position d’éligibilité. Ce qui fait qu’il faut que le forum des femmes parlementaire s’engage davantage. Nous sommes entrain de tout mettre en œuvre pour améliorer le cadre légal car, la CENI n’a pas le droit de rejeter dans l’état actuel des choses, une liste qui ne respecte pas cela. Il n’y a aucune disposition du code électoral qui rend irrecevable une liste qui n’a pas respecté l’alternance des deux sexes. Il y a un vide juridique à ce niveau » déplore la secrétaire générale du forum des femmes parlementaires de Guinée.

Sur la même lancée, l’honorable Mme Traore Dr Zalikatou Diallo appelle les femmes à se mobiliser de plus. « Il faut que les femmes s’engagent, elles ne doivent pas rester en marge. Il faut aussi qu’elles soient plus solidaires ».

Il faut signaler que récemment, le forum des femmes parlementaires avait convié les femmes leaders, les groupements féminins, les CEPI, la société civile, les partis politiques, l’administration, les confessions religieuses et la presse pour faire l’état des lieux sur la représentativité des femmes et savoir pourquoi elles ont temps de problèmes de positionnement sur les listes électorales. Ceci grâce à l’appui technique et financier du PNUD, d’ONUFEMMES et du Gouvernement Canadien. « Nous avons trouvé la situation peu reluisante. Les responsabilités sont partagées. Nous avons faits de la sensibilisation pour que cela s’améliore. Les autorités ont pris des engagements. Nous avons diffusé les messages pour essayer de voir comment on peut remédier à cette situation pour que le potentiel économique dont dispose les femmes, le potentiel démographique de 52% de la population se traduise par leur meilleure représentativité au niveau des instances de prise de décision. Pour le moment le constat est amer, mais il faut qu’on travaille à cela. » martèle l’honorable Mme Traoré Dr Zalikatou Diallo.

Entretien réalisé par Sow Ousmane2 pour factuguinee.com

0 Commentaires

  1. Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top