La société Qnet contre Colonel Moussa Thiégboro : la défense soulève la nullité de la procédure

SOCIETE 1

Le Colonel Moussa Thiégboro Camara, poursuivi entre-autres pour des faits de vol, dénonciation calomnieuse, diffamation, abus d’autorité, s’est présenté ce jeudi, 27 juin 2019, au Tribunal correctionnel de Dixinn. Le numéro un du secrétariat à la présidence chargé des services spéciaux, de la lutte contre la drogue et le crime organisé, est en conflit ouvert avec la société Qnet, représentée par Akoï Onivogui, Koffi Richard Kouassi et 5 autres.
L’officier de gendarmerie, le Colonel Thiégboro, est poursuivi pour des faits de vol, dénonciation calomnieuse, diffamation, abus d’autorité, défaillance du requis, atteinte au secret, et défaut de répondre à une réquisition, au détriment de la société Qnet.
Selon nos informations, des agents du service du Colonel Thiégboro Camara se sont rendus dans les locaux de Qnet, le lundi 5 mars 2018, où ils auraient pris des équipements. Ils auraient même séquestrés, sans mandat, certains travailleurs de cette société sise à Nongo, dans la commune de Ratoma.
C’est ce procès tant attendu qui s’est poursuivi ce jeudi à Dixinn. Mais, dès l’ouverture de l’audience, maitre Moussa Sovogui, l’avocat de la défense, a soulevé une exception en demandant au tribunal de déclarer l’action irrecevable par défaut de qualité de la partie civile.

« Dans cette procédure, il y a 7 plaignants. Mais, on ne voit que le nom d’Akoï Onivogui et Koffi Richard Kouassi. Les 5 autres n’ont pas été clairement identifiés. On ne connait pas leurs noms, leurs prénoms, leurs domiciles, leurs professions. Et même le prénom d’Akoï Onivogui, tantôt c’est Guilavogui, tantôt c’est Onivogui. Son nom n’est pas clairement identifié. L’article 657 du code de procédure pénal guinéen est la base légale. Cet article parle de nom, de prénoms, de domicile. Or, les 5 autres sont des inconnus et celui qui vous envois devant une juridiction doit être connu. Ensuite, rien ne justifie que les deux parties civiles ont mandat de représenter la Société Qnet. Voilà pourquoi on a demandé au tribunal de déclarer cette action irrecevable », a annoncé maître Moussa Sovogui.
Comme on pouvait s’y attendre, la partie civile va contester cette demande. Selon maitre Lancinet Sylla, cette demande de nullité déposée par la défense est une fuite en avant. « Cette gymnastique utilisée par la défense pour éviter de poursuivre les débats au fond ne va pas prospérer dans cette procédure. C’est une fuite en avant. Il dit qu’il ne connait pas nos clients, il ne connait pas leur identité. Il s’agit des personnes qu’il a arrêtées et qu’il a privées de liberté. La défense soutient que les parties civiles ne sont pas clairement identifiées. Et que pour se faire, la citation directe doit être annulée. Juridiquement, ça ne tient pas la route. Parce que pour qu’une citation directe soit annulée, il faudrait que celui qui invoque l’annulation justifie d’un préjudice. Quel est le préjudice invoqué ici par le Colonel Moussa Thiégboro Camara ? Il dit tout simplement qu’il ne connait pas ces parties civiles. Cela ne va pas prospérer, car nos clients sont clairement identifiés », a martelé l’avocat.
Le dossier a été renvoyé au 11 juillet 2019 pour que le tribunal se prononce sur la demande de nullité soulevée par la défense.

Adama Bah

1 Commentaires

  1. Violet

    Thank you so much! I hope to see more updates from you, this helps me a lot. instagram viewer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible sur le site *

Le Factuel de Guinée est un magazine d'informations sur la Guinée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Back to Top